EROA - Espace de Rencontre avec l'Oeuvre d'Art

EXPOSITION REPORTEE - Du 05 novembre au 14 décembre : expo "La Fabrication de l'autre" - oeuvres du FRAC Auvergne au LEM

Par DAMIEN SINET, publié le mardi 13 octobre 2020 06:15 - Mis à jour le lundi 2 novembre 2020 10:14
journal exposition-page-001.jpg
Du 05 novembre au 14 décembre 2020, venez découvrir dans notre EROA (Espace de Rencontre avec l'Oeuvre d'Art) l'exposition "La Fabrication de l'autre" avec des oeuvres du FRAC Auvergne (Fonds Régional d'Art Contemporain).

La fabrication de l’autre

Les sociétés antiques ont toujours entretenu une relation ambivalente face à l’étranger,le définissant comme un autre venant d’ailleurs (l’ailleurs étant entendu dans une acception suffisamment large pour englober une autre demeure, un autre pays, une autre communauté...). À la fois méfiants face à celui dont on ne connait ni le lieu d’origine ni la manière de vivre, les Anciens lui témoignaient en même temps une réelle bienveillance, conscients que cet autre pouvait avoir été envoyé par les Dieux de l’Olympe pour les éprouver et les récompenser. L’étymologie du mot "étranger" nous renseigne encore davantage sur l’ambivalence de ces relations. Le préfixe hos- désigne l’étranger qui vient d’ailleurs mais accolé à -tis prend le sens de "rival" "ennemi" (et donnera le mot "hostilité") mais accolé à -pes renvoie aux termes "hospitalité", "hôte".

Ce propos introductif à l’exposition "La fabrication de l’autre" importe et rejoint ce qui semble fonder encore aujourd’hui nos relations à l’autre, celui-ci apparaissant à la fois comme sujet de désir, d’attachement mais aussi de rejet ou d’indifférence. À l’origine de cette gamme de sentiments se loge bien souvent l’image que l’on s’est construite de l’autre, de façon consciente ou non, qui va du simple fantasme (Pierre Gonnord) aux préjugés plus persistants (Gérard Fromanger, Yuri Kozyrev, Stephen Wilks) jusqu’à, pour les exemples les plus tragiques de l’Histoire, la mise en place d’un processus idéologique de négation du droit à l’existence de l’autre fondé sur des considérations ethniques, religieuses (Alexis Cordesse, Johannes Kahrs). Les œuvres réunies dans cette exposition peuvent alors être vues comme autant de tentatives de déconstruire ces mécanismes sociologiques, idéologiques ou psychologiques qui continuent de déterminer nos rapports humains.

Laure Forlay

>>> lien vers Le journal d'exposition

 

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1